VOTRE SEJOUR A SAINT QUAY PORTRIEUX

Le littoral

- le sémaphore
Le 1er sémaphore de Saint-Quay-Portrieux fut construit en 1860. Le site stratégique a été choisi sur un promontoire surplombant à la fois la ville et la mer de 100 mètres. Pendant la 2nde Guerre mondiale, il fut occupé par les troupes allemandes.


- l’île de la comtesse
D’abord habitée par des moines bénédictins au 13ème siècle, au 17ème siècle, un recensement des biens de la commune indiquait déjà la dénomination d’« Île de la Comtesse », en référence à la Comtesse Tranchant des Thuilais.
En 1872, un original racheta le site. Ses projets ambitieux n’aboutirent jamais.
C’est ensuite au début du 20e siècle, que la Comtesse de Calan et son mari, haut fonctionnaire de France au Maroc, firent l’acquisition de l’île. Leur goût prononcé pour l’architecture mauresque s’exprime dans la construction du Château de Calan, coiffé de son bulbe doré, et ses ouvertures aux allures orientales.
Depuis 1975, l’île de la Comtesse est propriété de la commune. Petit caillou de ruines et de verdure, chacun peut s’y aventurer à marée basse.


- les îles Saint Quay
Il s’agit en fait d’un plateau rocheux de 10 km de long.
Les jours de grande marée, on peut trouver dans les crevasses : sur plusieurs dizaines d'hectares, des homards, des crabes, des palourdes, des huîtres, des amandes ou encore des crevettes.
La plus grosse des îles est l’île Harbour. Ce petit îlot rocheux est situé à 1,8 km du rivage de Saint-Quay-Portrieux, face à la pointe du sémaphore. Surmontée d'un phare datant de 1850, elle indique l'archipel des îles Saint-Quay et donc le danger des écueils des roches et l’entrée de la rade de Portrieux. Elle est accessible en bateau ou en kayak.

Les plages


Les ports


- Le port en eau profonde
Saint-Quay Port d’Armor est le 1er port en eau profonde de Bretagne nord et accessible 24h/24. Orientée au sud, son entrée large de 80 m est à l’abri des vents dominants.

 

 

- Portrieux ou Vieux port

Le Portrieux est un port à échouage qui conserve tout le charme typique d’un petit port breton.
 

Le Casino

Avec quelque 200 000 joueurs par an, le Casino est depuis les années 1920 un lieu phare de la station."
 

 

 

Les personnalités liées à Saint Quay Portrieux


- Eric Tabarly : il a inauguré le port d’Armor en eau profonde en 1990.


- Joséphine Baker : le cinéma Arletty a été construit sur les plans de l’architecte départemental et avant-gardiste Jean Fauny. A l’époque cinéma-dancing, l’Arletty a été inauguré en 1927 par Joséphine Baker elle-même. Le cinéma est inscrit aux Monuments historiques.

- Paul Signac (1863 - 1935), peintre néo-impressionniste français, il a peint plusieurs vues de Saint Quay Portrieux lors de séjours chez Berthe Morisot.


 

 

 

Les spécialités culinaires


- la coquille saint Jacques
C’est un des produits de la mer les plus raffinés et parmi les meilleurs.


- les poissons et crustacés
Bar, congre, lotte, rouget barbet, maquereau, lieu jaune, dorade, seiche, saint Pierre, chinchard, tacaud, vieille, sole, roussette, araignée, bigorneau, coquille saint Jacques, crevette, étrille, homard, ormeau, tourteau, huîtres, langouste, moule, palourde, praire…


- le far breton
Le far est une spécialité bretonne proche du clafoutis dont il existe plusieurs variantes. La plus connue est celle avec des pruneaux, bien que traditionnellement le far n'en comporte pas. La recette est très simple : œufs, sucre, farine et lait…comme la pâte à crêpe.

 

- le beurre salé
Véritable habitude des bretons, le beurre salé est le roi dans le rayon frais quand ailleurs en France, il est largement détrôné par le beurre doux.


- le chouchen
Le chouchen, historiquement proche mais pourtant différent de l'hydromel, est une boisson alcoolisée obtenue à partir de la fermentation du miel dans du jus de pomme. Il se fabriquait autrefois plus particulièrement à partir de miel de sarrasin, céréale très présente en Bretagne et qui sous forme de farine est l’ingrédient phare de la galette.

 

- le cidre
Boisson fermentée à base de moût de pommes. Accompagne parfaitement les galettes et les crêpes.


- la crêpe bretonne
La crêpe bretonne est un plat traditionnel breton. Devenue particulièrement renommée en France et ailleurs, elle est également servie dans des crêperies, nature ou garnie d'ingrédients divers, salés ou sucrés suivant la recette de base (500gr de farine de froment pour 6 œufs puis éventuellement du sucre, du lait selon épaisseur souhaitée et cidre pour faire monter la pâte).


- la galette bretonne
Comme la crêpe, la galette est une spécialité bretonne. Elle est à base de farine de sarrasin ou de blé noir. On la mange salée et garnie.

 


- le kig ha farz
Le kig ha farz est une spécialité régionale originaire du Léon, région située à l’ouest de Morlaix et au nord de Brest, en Basse-Bretagne. Son nom signifie littéralement en breton « viande et far » (kig, « viande, chair » ; ha, « et » ; farz, « farine en latin »). Cette recette typique fut autrefois considérée comme la nourriture du pauvre. Sorte de « pot-au-feu breton », elle se démarque par l'utilisation d'une pâte à base de farine de blé noir (ou sarrasin).


- le kouign amann
Le kouign amann est un gâteau, spécialité régionale de Douarnenez en Bretagne. En breton, kouign signifie « gâteau » ou « brioche » et amann, « beurre ». Il aurait été inventé par hasard vers 1860 par un boulanger douarneniste, Yves-René Scordia. Sa préparation est réputée délicate, comme en témoigne le dicton qu'affichent certains pâtissiers douarnenistes : « Le fait qui veut, le réussit qui peut ». Très bon et trop bon, c’est un danger pour les adeptes de régime minceur.


- le coco de Paimpol
Premier haricot français à avoir obtenu l’AOC, il est cultivé uniquement sur les côtes des Côtes d’Armor. Récolté à la main, il est commercialisé frais.

 

- le palet breton
Le palet breton est un biscuit sec en pâte brisée. Il est épais, environ 1,5 cm, et contient en moyenne 20 % de beurre demi-sel ainsi que du sucre vanillé. Son nom vient du jeu de palets (sorte de pétanque), dont les éléments métalliques sont de la forme du biscuit.

 

- le sel de Guérande
Il provient des marais salans de Guérande et de 3 autres communes. Il représente 1% de la consommation du sel en France mais c’est le meilleur, mais cela n’est que notre avis.